Propriétés et critères de qualité des huiles essentielles

Pour bien utiliser les huiles essentielles, il faut bien les connaître et les comprendre. Ces petites fioles odoriférantes possèdent des propriétés spécifiques et des compositions complexes.

Caractéristiques générales

Les huiles essentielles ont comme caractéristiques communes d'être toutes volatiles ( c'est pourquoi il ne faut pas laisser ouvert votre flacon d’huile essentielle trop longtemps, car vous risquez de ne plus avoir grand-chose dedans au bout d’un moment ! ),  lipophiles ( elles ‘aiment’ les graisses ), mais sont non grasses ( pas d’effet gras au toucher ! ). Elles sont également non miscibles à l’eau, c’est-à-dire qu’elles ne se mélangent pas avec l’eau ( elles flottent en surface ! ) Elles sont actives à très faibles doses ( on utilise donc du goutte à goutte ! )

Critères de qualité des huiles essentielles

On obtiendra une huile essentielle de qualité si on utilise des plantes de qualité ! C’est pourquoi les plantes sauvages ou biologiques devront être privilégiées. La méthode d’extraction utilisée, le matériel choisi et le temps de distillation seront autant de paramètres à surveiller pour obtenir une bonne huile essentielle. Les essences aromatiques sont en très petites quantités dans les plantes et il faut parfois plusieurs tonnes de plantes pour obtenir un litre d’huile essentielle. C’est pourquoi ces substances sont aussi précieuses et souvent assez onéreuses. Une huile essentielle de qualité devra être :

• 100% naturelle: aucune molécule de synthèse chimique ne devra y être ajoutée. L’huile essentielle doit provenir uniquement d’une plante. Malheureusement ce n’est pas toujours le cas !

• 100% pure: aucune molécule ne devra être enlevée et aucun autre produit ajouté ( huile essentielle déterpénée, rectifiée ou mélangée ! ).

• 100% intégrale ou complète: l’ensemble des substances aromatiques devront s’y retrouver ( distillation complète ).

• Chémotypée ou botaniquement et biochimiquement définie : toutes les molécules présentes dans l’huile essentielle devront être connues, identifiées. Selon la terre de culture, l’exposition au soleil, la végétation avoisinante, les conditions climatiques… la fraction aromatique d’une plante donnée sera plus riche en certains composants. C’est ce qui définit le chémotype ou l’empreinte végétale de la plante.

Critères de qualité des huiles essentielles

Dénomination des huiles essentielles

Chaque huile essentielle est définie par son nom en latin ( genre et espèce ). C’est ce qui permet de les différencier. Exemple :

Thymus vulgaris CT thymol
Genre Espèce Chémotype

Il est également important de connaître la partie de la plante distillée, car selon la partie de la plante utilisée, on obtiendra des huiles essentielles aux compositions et odeurs complètement différentes. Exemple: Citrus aurantium variété amara OP ( = organe producteur ) feuille : Huile essentielle de Petitgrain bigarade Citrus aurantium variété amara OP fleur : Huile essentielle de Néroli Compositions des huiles essentielles

Les huiles essentielles sont composées d’une dizaine à plusieurs centaines de molécules différentes ( plus de 300 molécules différentes dans l’huile essentielle de Sauge sclarée ! ). C’est cette composition unique qui confère aux huiles essentielles leurs propriétés si spécifiques. Certaines molécules ont des propriétés antibactériennes, antifongiques ; d’autres des activités anti-inflammatoires ou décongestionnantes, calmantes ou toniques…  Ce mélange si spécifique et inimitable donne aux huiles essentielles ces propriétés si étonnantes ! La nature est bien faite ! On comprend mieux l’engouement actuel pour ces substances naturelles !

Source : de l'auteur Anne-Lise Bépoix sur www.hairborist.fr